Ovi -
we cover every issue
newsletterNewsletter
subscribeSubscribe
contactContact
searchSearch
Philosophy Books  
Ovi Bookshop - Free Ebook
worldwide creative inspiration
Ovi Language
Murray Hunter: Essential Oils: Art, Agriculture, Science, Industry and Entrepreneurship
WordsPlease - Inspiring the young to learn
Tony Zuvela - Cartoons, Illustrations
International Red Cross and Red Crescent Movement
 
BBC News :   - 
iBite :   - 
GermanGreekEnglishSpanishFinnishFrenchItalianPortugueseSwedish
L'Asie a besoin de l'ASEAN-tion de son continent pas seulement  la pakistanisation L'Asie a besoin de l'ASEAN-tion de son continent pas seulement la pakistanisation
by Dr. Anis H. Bajrektarevic
2013-09-14 12:37:47
Print - Comment - Send to a Friend - More from this Author
DeliciousRedditFacebookDigg! StumbleUpon

L'Asie a besoin de l’ASEAN-tion de son continent pas seulement  la pakistanisation
Ce que la Chine veut en Asie: 1975 ou 1908? - Addendum
(Diplomatie de la canonnière dans le Sud et l’Est la mer de Chine - erreur stratégique chinoise)

Comme les récents combats maritimes ont montré, tant dans le Sud et dans l’Est de la mer de Chine, Pékin a sous-estimé une accusation émotionnelle que le territoire se dispute, ainsi que la commodité donné aux voisins d’'intensifier ces désaccords afin de détourner l'attention du public de leur propre pression en appuyant sur les problèmes socio-économiques et politiques. Un jeu coûteux, spiral et dangereux de la rhétorique nationaliste revigoré, le climat actuel n’est pas propice au bon déroulement de la prochaine décennie asiatique dans son ensemble.

Les spéculations sur le monde bipolaire présumé de demain (ce qu'on appelle le G-2, Chine et États-Unis), ne devraient pas être un dilemme asiatique. C'est avant tout une préoccupation de l'Occident qui, après tout, a explosé en Chine dans un premier temps avec ses investissements (sous-traitance). Ainsi, malgré un (cacophonie de voix, en fait de) bruit de distorsion sur l'avenir possible du futur monde G-2, le problème central de la sécurité de l'Asie reste le même: l'absence de tout cadre multilatéral « pan-continental » sur le plus grand continent du monde.


------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Sur l'est, le flanc ascendant du continent eurasiatique, l'économie vertigineuse chinoise est en explosion et trop bien intégré dans le système des pétrodollars. Pékin, actuellement, ne peut envisager ou se permettre d'assigner des ressources à la recherche d'une alternative. (L'économie chinoise est axée sur une main d’œuvre bon marché et un travail intensif. Les recettes chinoises sont fortement tributaires des exportations,  et les réserves chinoises sont principalement un mélange de « USD » (dollars américains)  et d’obligations du Trésor américain.) Pour se maintenir comme une unité sociopolitique et effectuer formidablement l’entité économique, la République populaire nécessite plus d'énergie et moins de dépendance externe.
[1]

Sur le plan intérieur, les pressions migratoires-démographiques sont énormes, les demandes régionales sont élevés, et les attentes sont de brassage. [2] Compte tenu de sa meilleure égalisation de la dépendance énergétique externe (et solidifier la cohésion interne), la Chine semble se tourner vers sa modernisation militaire plutôt que vers les inébranlables alternatives énergétiques / investissements Green Tech - comme elle n'a pas le temps, d'un plan ou de ressources pour faire les deux à la fois. Négligent de l'ensemble du tableau, Pékin (probablement à tort) estime qu'un confinement durable, en particulier dans le Sud de la mer de Chine, est insupportable, et que-dans le même temps- les combustibles sont disponibles (par exemple, en Afrique et dans le Golfe), et encore moins cher avec l'aide de navires de guerre.[3]

En effet, le prochain renforcement militaire chinois ne fera que renforcer l'existant, et d'ouvrir de nouveaux accords bilatéraux [4]  de sécurité avec les pays voisins, principalement avec les Etats-Unis - comme aujourd'hui en Asie, personne ne veut être un téléchargeur passif. En fin de compte, il peut créer un isolement politico-militaire (et charges financières) pour la Chine qui aurait pour conséquence de justifier et (politiquement et financièrement) dévaloriser l’audacieuse présence militaire américaine armée dans la région Asie-Pacifique, en particulier dans le Sud et l’Est de la mer de Chine. Cela s’ajoute parfaitement à la diabolisation intensificatrice de la Chine dans certaines parties de médias occidentaux influents. [5] 

Par conséquent, la benne chinoise pour les combustibles fossiles ou sa compétition militaire pour le contrôle naval n'est pas un défi, mais plutôt un coup de pouce pour les Etats-Unis en Asie-Pacifique-même un ensemble-posture. Calibrage de la contraction de sa projection et les engagements à l'étranger - certains diraient gérer le déclin d'un empire - les Etats-Unis n'a pas manqué de souligner qu'aujourd'hui, la moitié de la flotte marchande du monde passe à travers la mer de Chine du Sud. Par conséquent, les États-Unis exploiter tout différend régional territorial et d'autres frictions à son profit de la sécurité, y compris les coûts de partage de sa présence militaire avec les partenaires locaux, à maintenir pivot sur ​​le bord maritime de l'Asie qui cambre du golfe Persique à l'océan Indien, Malacca, le sud et la mer de Chine orientale jusqu'au centre nord-ouest du Pacifique.
 Est-ce que la Chine est en train d’agir en réalité comme un collecteur de fonds pour les Etats-Unis?

Un véritable défi est toujours d'optimiser les coûts (moral, politique et financier) pour atteindre les objectifs stratégiques nationaux. Dans ce cas, ce serait un tour déterminé de Pékin vers les technologies vertes, couplé avec la firme accumulation du multilatéralisme asiatique. Sans un grand rapprochement avec les champions du multilatéralisme en Asie, qui sont l'Indonésie, l'Inde et le Japon, il n'y a pas d'environnement pour la Chine à évoluer au sérieux et émerger comme un leader mondial formidable, durable et digne de confiance. [6]  Par conséquent, ce que la Chine a besoin de l'Asie n'est pas une course navale de 1908, mais le processus d'Helsinki de 1975. En retour, ce que l'Asie a besoin (de la Chine et du Japon) est une ASEAN-tion, pas un pakistanisation de son continent. [7]

Opter pour chaque choix stratégique résonnera dans la dynamique de théâtre Asie-Pacifique.
[8] Cependant, les messages sont diamétraux: une armée affirmée, éloignement des nouvelles technologies  - attiré les voisins. Enfin, les armées conquirent (et dépensent) tandis que la technologie se construit (et s'accumule)! À ce stade, tout armement accéléré éventuelle dans le théâtre Asie-Pacifique ne ferait que renforcer le statu quo des hydrocarbures, et serait implicitement aider davantage un silence mondial bien orchestrée de la sensibilité des consommateurs sur le prix record du pétrole.

Avec sa configuration actuelle, il est difficile d'imaginer que n'importe qui peut dominer les Etats-Unis en terme de pétro-sécurité, de pétro-finance et de pétro-militaire dans les décennies à venir. Compte tenu du monde pétrolier-financier-médiatique-technique-militaire, ce type de confrontation est si bien maîtrisé par et ne serait plus seulement bénéfiques aux États-Unis et à ses alliés les plus proches. Le complexe de défense de la Chine est sur-idéologisé, sous-capitalisée, technologiquement dépassé et l'innovation inerte, tandis que celle des Etats-Unis est en grande partie privatisé, hautement efficace, « déployable » et innovante. Ainsi, même dans le domaine de la sécurité, le problème principale de la Chine n'est pas une parité militaire navale ou dans l'ensemble, mais le fossé technologique disproportionnée. Après tout, l'armée chinoise n'a pas été conçu (par Mao) et maintenue (par Deng et ses successeurs) à servir l'objectif de projection externe. Il a été et reste toujours une entreprise idéologique de cohésion, une force centrifuge essentielle de préserver l'intégrité territoriale de ce pays-colosse.


Dans le groupe OCDE / AIE, ou étroitement: le G-8 (les États dont les ressources, les infrastructures, la tradition des connaissances permet de faire progresser les percées technologiques fondamentales), seulement le Japon qui peut sérieusement envisager un retour vers le Vert / Renouvable -tech U-. Les dépendances énergétiques extérieures de Tokyo sont fortes et durables. Après le traumatisme nucléaire récent, le Japon aura besoin de quelques années pour (psychologiquement et économiquement) absorber le choc - mais cela va lui servir de leçon. Pour une économie aussi impressionnante et une démographie considérable, située sur un petit pays qui est brutalisé à plusieurs reprises par  des catastrophes naturelles dévastatrices (et dépend encore une autre influence externe perturbateur - pétrole arabe), il se pourrait que le passage décisif vers l'énergie verte soit la seule façon de survivre, de revivre, et finalement de s’émanciper.

Une partie importante du traité de sécurité américano-japonais est l’approvisionnement énergétique des Etats-Unis, lignes de sécurité garantie, compte tenu de (l'après-Seconde Guerre mondiale démilitarisée) donné à Tokyo. Après la récente apocalypse tremblement de terre-tsunami-irradiation, ainsi que l'observation des interférences de l'armée / marine  chinoise actuelle, (le cabinet du récemment confirmé PM Noda et tout autre gouvernement subséquente) Japon va inévitablement repenser et revoir sa politique énergétique, ainsi que la composition de son mix énergétique primaire.

Tokyo est bien conscient que les myopies géostratégiques asiatiques sont solides et durables, comme de nombreux pays d'Asie sont soit enfermés dans leurs régionalismes étroits et / ou ancrées dans leurs égoïsmes économiques. Enfin, le Japon est le seul pays asiatique qui a clairement appris de son histoire moderne, le tout sur
​​les limites de la projection de puissance dure et les forces répulsives fortes qui viennent en suite des voisins. Leur propre histoire pré-moderne et moderne n'offre pas une expérience similaire aux deux autres poids lourds asiatiques, la Chine et l'Inde. Cela indique l'Extrême-Orient comme une zone probable de l'excellence Nouvelle Technologie Verte (autant que l'ASEAN pourrait être le centre de gravité consolidé de l'action diplomatique et sociopolitique) et un lieu d'attraction pour de nombreux Asiatiques dans la décennie à venir.

Anis H. Bajrektarevic, Membre de la rédaction de la géopolitique - Président des Etudes sur les Lois Internationales  & des Politiques  mondiales - Vienne, le 8 octobre 12

*********************************************************************************************

Le texte présent  est un résumé du document politique précédent: Ce que la Chine veut en Asie: 1975 ou 1908? (Diplomatie canonnière en mer de Chine du Sud - erreur stratégique chinoise), d'abord publié par le China Daily Mail (20 mai 2012)

Traduit par NOCKELS Thomas


[1] La plupart de la croissance économique de la Chine est attribuable à la fabrication externalisée. Les États-Unis, l'UE, le Japon, Taiwan, la Corée, Singapour et d'autres pays de l'OCDE asiatiques et non asiatiques prennent principalement avantage des zones côtières de la Chine comme leur propre banlieue industrielle. Il reste une question ouverte : combien cette croissance dictée à l'extérieur de la Chine a un effet déstabilisateur sur le pacte interne de la nation chinoise.

[2] L'événement géopolitique de l'année est en avance sur nous. Le prochain 18e Congrès du Parti communiste de la Chine devrait bientôt se prononcer sur son leadership au cours des 10 prochaines années. Dans le monde opaque secret de la prise de décision du PCC, le concours permanent entre Taizi Dang (enfants de personnalités du Parti des hauts et des héros de la Révolution) et Tuanpai (membres du parti d'un milieu social modeste qui a joué avec succès leur carrière dans la Ligue de la jeunesse communiste) est importante mais pas la seule idéologique et sociopolitique lutte de pouvoir énigmatique de l'avenir de la Chine.

[3] Étant donné que les flottes du Trésor glorieuses de l'amiral Zheng He ont été démantelé par l'ordre de la bureaucratie Mandarine en 1433, la Chine n'a jamais retrouvé son statut naval central dans la région Asie-Pacifique.

[4] Plus bilatéralisme (déclenchée par l'unilatéralisme) est non seulement moins multilatéralisme, essentiellement, c'est un revers pour toute éventuelle émancipation du continent.

[5] À la fin de Septembre 2012, la Chine a mis son premier porte-avions (le Liaoning) en service avec beaucoup de défilé national et énorme inquiétude chez ses voisins. Cependant, les médias n’ont pas signalé trois détails importants: (i) ce navire soviétique construit a  plus de 20 ans (acheté auprès de l'Ukraine en 1998), (ii) le pont de la piste ne peut supporter aucun atterrissage de l'aéronef; (iii) la meilleure tactique chasseur à réaction  J-8 de la Chine (une imitation de l’avion soviétique MIG 23s,  technologie vieille de 30 ans) n'est pas conçu pour se poser sur n'importe quel porte-avions. Du point de technologies militaires de vue, la Chine est encore bien derrière ont par exemple le Japon impérial était il ya quelque 80 ans - que le transporteur Liaoning n'est ni fait maison, ni d'une quelconque utilité pratique soit pour la Marine chinoise ou son Armée de l'Air.

[6] Plus d'informations sur les architectures pan-asiatiques sécurité et la diplomatie préventive en: (. Géopolitique, Histoire et Relations Intl) Bajrektarevic, A. (2011) n ° siècle de l'Asie sans que l'institution pan-asiatique, Ghir 3 (2) 2011, Addleton Publishers NY

[7] Un sommet de l'ASEAN en Juin 2012 a omis de publier un communiqué commun pour la première fois de son histoire de 45 ans après un désaccord ouvert sur le libellé d'une section sur les revendications territoriales de la mer de Chine du Sud. Cambodge, la présidence de l'ASEAN en cours, a été vu par plusieurs Etats membres de l'obstruction à l'appui de son allié, la Chine. Absorber rapidement le choc, l'offensive diplomatique ASEAN a commencé, principalement la navette par le Bureau indonésien des Affaires étrangères. Un des négociateurs en chef m'a dit récemment à Jakarta: «Les plus grandes menaces à la centralité de l'ASEAN sont les rongeurs se déplace cette fosse finalement ses 10 membres les uns contre les autres (relatifs à la China différends territoriaux mers du Sud, REM a..).« Les vues J'ai entendu tout à Kuala Lumpur et Bangkok cet automne, bien correspondu avec les préoccupations exprimées à Jakarta: «Ce sera rejeté, c'est l'habitude apparente des grandes puissances - que ce soit la Chine ou les Etats-Unis - pour définir les pays comme des alliés ou des adversaires ... et oui, riling les divisions de l'ASEAN ".

[8] Historiquement, l'Europe et l'Asie avaient un centre faible avec les périphéries du continent appuyant traditionnellement sur ​​un centre mou. Avec le renforcement de l'Allemagne du 19ème siècle (Greater Prusse de Bismarck) et de Deng Chine de la fin du 20e siècle, le centre a commencé en appuyant sur ​​ses périphéries pour la première fois dans l'histoire moderne. L'un des dilemmes centraux de sécurité entre Bismarck et Helsinki fois était «combien Allemagnes de l'Europe devrait avoir pour préserver son équilibre et la paix intérieure. L'Europe et le monde ont payé un prix énorme dans deux guerres mondiales pour le comprendre. Avec les souvenirs amers du nazisme résidant encore dans le corps et l'âme du continent, la récente unification de l'Allemagne était seulement possible dans tranquilized l'Europe d'Helsinki ».

 


      
Print - Comment - Send to a Friend - More from this Author

Comments(0)
Get it off your chest
Name:
Comment:
 (comments policy)

© Copyright CHAMELEON PROJECT Tmi 2005-2008  -  Sitemap  -  Add to favourites  -  Link to Ovi
Privacy Policy  -  Contact  -  RSS Feeds  -  Search  -  Submissions  -  Subscribe  -  About Ovi