Ovi -
we cover every issue
newsletterNewsletter
subscribeSubscribe
contactContact
searchSearch
worldwide creative inspiration  
Ovi Bookshop - Free Ebook
worldwide creative inspiration
Ovi Language
Murray Hunter: Essential Oils: Art, Agriculture, Science, Industry and Entrepreneurship
The Breast Cancer Site
Murray Hunter: Opportunity, Strategy and Entrepreneurship
Stop human trafficking
 
BBC News :   - 
iBite :   - 
GermanGreekEnglishSpanishFinnishFrenchItalianPortugueseSwedish
Le MENA Saga et Lady Gaga Le MENA Saga et Lady Gaga
by Dr. Anis H. Bajrektarevic
2013-07-19 08:23:45
Print - Comment - Send to a Friend - More from this Author
DeliciousRedditFacebookDigg! StumbleUpon

Le MENA Saga et Lady Gaga
(Même dilemme de la région MOAN)

Les deux sont entièrement consacrés, soutenu et promu par les médias sociaux. Très polarisant, les deux sont fracturation à un consensus. Que Lady Gaga avec ses concerts gay / sexe (ou toute sorte semblable de scène d'action à la Pussy Riot) est pour les droits de l'homme, sont les soi-disant « islamistes » pour le monde musulman- Obscureteur stratégique,  affirmant que le contenu est important et qui est indispensable pour tout progrès humain. Est-ce que le placement sur une page appropriée Facebook signifie pas automatiquement être sur le côté droit de l'histoire? Notre interaction emphatique et socio-politique est (de plus en plus pertinent car il devient trivial) réduit à  une base de donnée de cyber boiteux?


Sortons (la) Syrie(ux): Où est le contre-récit?


Le théâtre MENA est situé dans un des endroits les plus fascinants du monde. Il représente en fait, avec les Balkans-Caucase, le seul corridor terrestre existant qui relie trois continents. Il détient également plus de la moitié des réserves de pétrole prouvées de gaz de la planète (56% - huile, 48% - gaz). Plus loin, les pays de Golfe de l'OPEP et la Libye ont, de loin, les plus bas coûts d'extraction du pétrole, grâce à la «pureté» de la haute brut (mesurée par les propriétés globales telles que l'état d'agrégation, la gravité de l'excavation, la viscosité, le poids, le contenu sulfurique et d'autres contaminants) qui simplifie et déprécie le processus de raffinement. Ces essences-exportateurs bénéficient également de la proximité des mers chaudes ouvertes pour les expéditions outre-mer rapides et à faible coût. Par conséquent, le coût de chaque baril de pétrole brut pour la Libye et pays du golfe Persique est en dessous 5USD, pour d'autres membres de l'OPEP ci-dessous 10USD. Ceci est un contraste frappant avec des pays tels que les Etats-Unis, la Russie, la Norvège, le Canada et bien d'autres qui portent le coûts de production de plusieurs dizaines de USD par baril - selon l'Agence internationale de l'énergie (AIE).

Par conséquent, il est un impératif pour les puissances extérieures de dominer un tel théâtre géoéconomique et géopolitique essentiel en gardant simplement sa douce centrale (par exemple en anticipant, empêcher ou d'entraver l'émancipation qui pourrait venir à travers toute  modernisation sociopolitique indigène et de la diversification économique). C'est le même impératif qui est resté un dominant européen intérieure rationnel et asiatiques « Machtpolitik » depuis des siècles.

Pas étonnant que la concurrence dans le théâtre MENA, qui a une histoire durable de domination ou des interférences (et largement les frontières tracées Versailles, anglo-français), est rude, multiple, imprévisible. La région est principalement peuplée par les (arabe) Les musulmans sunnites. Avec sa forte densité de population et une croissance démographique dépassant de loin la croissance économique, cette population très jeune médian (en moyenne 23-27 ans) - qui est souvent dépourvu de tout (universel) l'accès à l'éducation, à la santé et au logement - est dominé par des mineurs , principalement au chômage ou sous-employés, mais mobilisé socialement et souvent des hommes en colère.

Un fait exceptionnel, c’est que le Moyen-Orient est le berceau des quatre religions monothéistes se transforma ainsi en son propre paradoxe: Alimentée par exclusions socio-économiques graves et exacerbée par l'exploitation du problème chiites-sunnites et d'antagonisme entre musulmans et judéo-chrétienne; La radicalisation politique est sûrement l'un des instruments les plus pratiques de contrôle tacite visant à préserver les autorités administratives locales prédateur aliéné, inauthentique et faible, si elle n'est pas incapable.

Il ne devrait pas être surprenant que tous et chacun des prédominance pays sunnite-musulmans-Balkans-MENA de type républicain laïque, où les puissances extérieures ont négocié un règlement politique – souvent par compromettre l'intégrité souveraineté même et territoriaux, est enveloppé dans instabilités perpétué, restant ainsi paralysé. Jusqu'ici, aucune monarchie absolue n’a été considérablement affectée. Commençant par Bosnie - il y a près de 20 ans - suivi par le Kosovo, l'Afghanistan, l'Irak et la Libye, ainsi que dans les pays du printemps arabe Egypte, la Tunisie, le Yémen, le coté de Mali « non-gouverné », le Soudan du Sud et le sud de l'Algérie, et jusqu'à la révolte déchirée de l'après-assassinat à Tunis ou anti-opposants de Mursi au Caire, un gouvernement central à dessein dysfonctionnel et indécis semble avoir été mis en place.

Politique de distribution ou pas de ressort sur une seule chaîne

En conclusion, la plupart des observateurs se mettent d’accord à dire que tout le printemps soi-disant arabe a eu un impact contre la volonté des arabes, ce fut loin d'être un effet d'entraînement panarabe: Il s'agissait davantage d'une révolte sociale spontanée; une série d'événements isolés (lié entre eux par la communication d’Al-Jazeera), plutôt qu’un processus directionnel. Pour canaliser quelque chose de si inattendu inflammatoire, tout en évitant soigneusement le panarabisme a fortiori tout soupçon de vraie réforme socio-économique structurelle et l'émancipation politique - qui aurait seulement été atteint en allumant le flambeau de l'islamisme. Dépourvus de toute illumination, cette torche trop souvent et trop facilement porté sur l'aveuglement extrémiste de l'islamo-fascisme.

Pas de printemps sur une seule chaîne, non?! Comment toute cohésion sociale indispensable pour la démocratisation de la région MENA peut travailler là où loyautés primaires sont (de retour) à une secte, tribu ou ethnie? Ce dilemme ne se rapporte pas seulement à la démocratie, mais aussi à la quête même de la laïcité - pour que l'un prenne en considération et respecte l'autre - depuis la Révolution française. Dans cette partie ou toute autre partie du monde (en développement), l'institutionnalisation de la démocratie sans la laïcité de l'Etat conduit inévitablement à un gouvernement dysfonctionnel débilitante: la divinisation de la fonction (poste) et de la personnalisation du pouvoir. L'état actuel des républiques MENA touchés par le printemps arabe, ainsi que celle des monarchies du CCG fournit la meilleure preuve de cela.

D'une part, comme il semble maintenant, « les révolutions Facebook » à travers la région MENA ont plutôt des distractions stratégiques 'innocemment' détourner dans la banalité  des réseaux sociaux. Le même rôle de ces réseaux a été bien joué ailleurs aussi. (Par conséquent, il est de toute surprise que le droit universel à l'autodétermination a été malheureusement réduit à la droite de la liberté sur Internet? Contrairement à l'apothéose établi, de nombreux droits fondamentaux de l'homme sont actuellement compressés comme un fichier zip, par courriel et confiée à juste une paire de omnipotent, les acteurs non étatiques et semi-étatiques égocentriques et égoïstes du globalisme / égoïsme unilatéral:. Sociétés informatiques privées et les agences de renseignement d'ombre)

Actuellement, la réduction annoncée de la présence américaine en Afghanistan, dans les limites a rencontre presque des échecs (holding de la bombe nucléaire) au Pakistan, et les sur-extensions massives ont souffert partout dans le flanc sud-ouest du continent euro-asiatique, dont la récente Armée retrait américain de l'Irak, se fait sentir au sein du CCG (et en France, Royaume-Uni, Israël et la Turquie aussi) que l'exposition dangereuse à un voisin (de plus en plus affirmée comme prévu) Iran ainsi que pour la Russie et la Chine derrière elle. À l'heure actuelle, la Syrie paie un prix proxy-guerre pour cela: Ce pays multi-religieux de couches culturelles anciennes subtiles peut finir entièrement brûlé, créant ainsi un vide sécuritaire dangereuse au sein de la région MENA. Ou pour reprendre les mots de frustration du haut diplomate français qui m'a dit récemment à Bruxelles: "nous devons diaboliser et délégitimer rapidement le gouvernement syrien légitime, et renverser al-Assad afin de convaincre Israël de ne pas bombarder l'Iran ..."

"Intérêts nationaux occidentaux ne seront plus déterminer les impulsions morales et politiques de la communauté mondiale d'aujourd'hui ... Tout ce que le résultat, l'agonie de la Syrie a mis en évidence est un nouvel affaiblissement irréversible de rôle global dominant de l'Occident ...», affirme l'ancien ministre des Affaires étrangères Jaswant Singh de l'Inde. Peut-être bien, l'Occident est en effet devenu trop faible pour l'architecture, mais il reste certainement assez fort pour déstabiliser ses périphéries politiques conçues:

Comme récemment, le «Groupe des Amis de la reconnaissance Syria' induite par la soi-disant opposition syrienne signifie aussi que la Turquie est maintenant pratiquement en guerre avec la Syrie. À ce stade, permettez-moi d'être à la fois instructive et prédictive: La chute d'al-Assad va très certainement entraîner la dissolution de la Syrie. Il conduira également à une fédéralisation formalisée de l'Irak, dans un geste désespéré pour éviter sa décomposition totale ainsi qu’une grave crise de Etat libanais et jordaniens - dans les deux cas sans doute au-delà de la réparation. Les gagnants dans un tel scénario semble alors être Israël (un pays qui reste enveloppé dans son passé sur l'holocauste européen traumatique et détaché de son quartier présent) ainsi que les monarchies du CCG - au moins à court terme. Cependant, sur le long terme les «gagnants» seraient les Kurdes et les chiites - même si les parties nord de la Syrie ont déjà été occupées par l'armée turque depuis un certain temps.

Par conséquent, toute proclamation d'un Etat kurde (forcément être d'une mer noire –Méditerranée Est, une ligne de rêve de tous les tsars russes dans le passé), le gouvernement Erdoğan (ainsi que l'Irak) ne serait pas capable de survivre - comme il a déjà créé assez d'ennemis chez lui et dans sa proche région. Ergo, outre la dispersion, raréfié et terrifié chrétiens MENA, les sunnites modérés (arabe) sont certainement les perdants à long terme.

Possible, mais peu probable épilogue

Cependant, alors que la cacophonie des contradictions européennes travaille à une auto-élimination de l'UE dans la région, la Turquie tente de se réinsérer. Le soi-disant néo-ottomanisme du gouvernement actuel (Anatolie, East base de pouvoir en milieu rural) dirige le pays tout droit au centre des Grands négociations pour la Russie et pour les États-Unis. Pour cette nouvelle constellation triangulaire, ambitieux et audacieux Erdogan veut battre son propre tambour.

Après le printemps arabe,  la Russie ne pourras pas et ne va pas soutenir efficacement sa présence au Moyen-Orient sur une stricte laïcité panarabe, républicaine et avec une idée anti-islamique ;  les États-Unis non plus, ils ne parviennent pas à justifier politiquement et moralement son soutien continu au large des monarchies absolues que sont tellement excités par le wahhabisme en arrière, dédaigneux et oppressive. Ankara tente de son mieux pour sublimer les deux d'une manière efficace: mélanger un mélange de modernité laïque et républicaine et au levain avec un islam traditionnel, de tolérance et d'émancipation, et pour annoncer cela comme un futur modèle attrayant à travers le Moyen-Orient. Simplement, le Bosphore se montre comme la preuve empirique que l'islam et la modernité peuvent marcher ensemble. En fait, il est le dernier pays européen qui a toujours une croissance à la fois démographique et économique.

En outre, la République d'Atatürk est  de loin l'Etat musulman le plus réussi au monde: Il n'a jamais été posée son développement sur le pétrole ou d'autres exportations de produits primaires, mais sur un secteur socio-économique dynamique et des institutions démocratiques solides. Ceci est fortement conteste, non seulement pour la Russie, mais surtout pour le régime précaire de l’Arabie Saoudite (et les autres autocraties CCG), qui gouverne par décret royal direct sur un pays récent  passé, huile tributaire des exportations et de pétillement présent et avenir improbable. Pas étonnant que sur le champ de bataille idéologique ces deux parties belligérantes seront comment dominer le Moyen-Orient, qui se trouve actuellement dans un auto-questionnement, encore passé une nouvelle série de calamités. Le résultat se fera sentir bien au-delà de la région arabe et résonnera dans tout le monde musulman sunnite.

Ankara tente de justifier que l'Islam en Arabie Saoudite est en réalité, une idéologie wahhabite séparatiste / sectaire toxique, et les maintient sur un mauvais côté de l'histoire en entravant leur développement socio-économique et politique. Il le fait par les musulmans enchâsser sur une trajectoire de collision permanente avec le reste du monde, tandis que la Turquie et promu l'islam ne serait pas une idéologie comme arme, mais un modus vivendi, celle qui aurait permis des progrès et va être acceptable pour tous (y compris les non-musulmans), avec une histoire séculaire de succès.

*****************************************************************

Anis H. Bajrektarevic, Membre de la rédaction de la géopolitique de l'énergie - Président de Intl. Law & Pol mondial. études - Auteur de l'ouvrage qui va paraître: «Est-il une vie après Facebook - Géopolitique de la technologie et d'autres essais de politique étrangère» (Addleton Academic Publishers, NY) - Vienne, 08 MAR 2013

From the English original ‘The MENA Saga and Lady Gaga’ translated by : Hecham Ahaja

*****************************************************************
 

References:

Wilkinson, R.G. and Pickett, K. (2009), The Spirit Level: Why more equal societies almost always do better?, London, Allen Lane (Why Equality is Better for Everyone, Paperback 2nd Edition, Penguin )

Bajrektarevic, A. (2012), Geopolitics of Technology and the Hydrocarbon Status Quo (Why Kyoto Will Fail Again), Geopolitics of Energy, 34 (1), CERI Canada 2012

UNDP (2013), Human Development report HDR-2013 – The Rise of the South: Human progress in a Diverse World, UN – UNDP Publications 

IEA (2012), World Energy Outlook 2012 – Golden Rules for a Golden Age of Gas, OECD – IEA Publications

World Bank (2012), World Development Report 2012: Gender Equality and Development, WB Publications

OECD (2012), OECD Economic Outlook, (Issue 1, June 2012; and Issue 2, December 2012), OECD Publications

Bajrektarevic, A. (2012) Is There Life After Facebook, Addleton Academic Publishers RCP 11(2) 2012

Rushkoff, D. (2010), Program or Be Programmed – Ten Commands for a Digital Age, OR Books New York   

Pariser, E. (2011), The Filter Bubble: What the Internet Is Hiding from You, Penguin (page: 43)

Dassù, M. (2013), How Obama II is likely to see Europe, Europe’s World – the EU Policy Journal, Spring 2013/23 (page 96)

Krugman, P. (2013) Marches of Folly, IHT/The New York Times (19 MAR 2013, page: 7)

Singh, J. (2012), What Syria means to global community, Jakarta Post – Indonesia (04 SEP 12, page: 6)

*****************************************************************

Mots clés:
MENA, impératif géopolitique, l'islamo-fascisme, le gouvernement dysfonctionnel, élite prédatrice, doctrine R2P, Démocratie, Countre narrative, Crimes internationaux avec les médias, (Technologie de l') Monétisation de comportement, Cyber
​​fascisme, idéologie, décontextualisée droits de l'homme A La Lady Gaga


    
Print - Comment - Send to a Friend - More from this Author

Comments(0)
Get it off your chest
Name:
Comment:
 (comments policy)

© Copyright CHAMELEON PROJECT Tmi 2005-2008  -  Sitemap  -  Add to favourites  -  Link to Ovi
Privacy Policy  -  Contact  -  RSS Feeds  -  Search  -  Submissions  -  Subscribe  -  About Ovi