Ovi -
we cover every issue
newsletterNewsletter
subscribeSubscribe
contactContact
searchSearch
Status: Refugee - Is not a choice  
Ovi Bookshop - Free Ebook
Join Ovi in Facebook
Ovi Language
Books by Avgi Meleti
The Breast Cancer Site
Murray Hunter: Opportunity, Strategy and Entrepreneurship
International Red Cross and Red Crescent Movement
 
BBC News :   - 
iBite :   - 
GermanGreekEnglishSpanishFinnishFrenchItalianPortugueseSwedish
Changement climatique - les humains restent les memes Changement climatique - les humains restent les memes
by Dr. Anis H. Bajrektarevic
2013-07-09 08:19:15
Print - Comment - Send to a Friend - More from this Author
DeliciousRedditFacebookDigg! StumbleUpon

Changement climatique – les humains restent les mêmes
(Du Sommet de  Durban et du Sommet de Rio, à presque tout)

De Copenhague à Durban (et Sommet de Rio), la conclusion reste la même: Nous avons besoin de principes et d'actions accordés car c'est la seule façon de s'attaquer aux graves problèmes de la planète. Nous avons manqué le consensus élémentaire dans les institutions de Bretton Woods, sur le cycle de Doha de l'OMC développement, sur une base non-prolifération nucléaire (TNP et), au sein du GIEC, sur les négociations post-Kyoto, et enfin sur l'état alarmant de l'environnement. Donc, à l'échelle mondiale nous sommes fondamentalement en désaccord sur les réalités de la planète et sur les moyens pour y remédier. [1]

 

Je ne suis ni prêcheur ni idéaliste. Le monde fondé sur les principes convenus et des actions communément disposées n'est pas le meilleur endroit. C'est la seule façon pour la race humaine de survivre.

Il y a déjà quelques années, j'ai constaté dans mes écrits (et dans mes conférences) que la nostalgie de confrontation et de l'inertie académique maintient le recyclage de la rhétorique de la Guerre froide, bien que l'Union soviétique ait disparu de la carte géopolitique il y a plus de deux décennies. Par conséquent, si ces praticiens et penseurs sont tellement fascinés par les logiques simplifiés soit avec nous, ou contre nous - Gardons ça alors! Ajusté pour tenir compte des réalités de nos jours (ou le grand « Wiz » de l'Union européenne, Jean Monnet disait: si vous avez un dilemme insoluble - agrandir le contexte), il serait énoncer comme suit : soit vos politiques et pratiques socio-économiques et politico-militaires sont pour la planète et la survie même de la race humaine ou si vous êtes contre la planète et toute forme de vie qui l'habite.
[2]  Ce que nous avons vu récemment dans la région MENA (y compris le sous silence et innommable) et ailleurs, est très inquiétant et plutôt décourageant: comme si la nostalgie confrontation, perpétuée par la concurrence intense sur des ressources limitées, en lieu et place d'une vraie, d’élaboration d’une politique de grande portée a de nouveau prévalu. [3]

Nous avons cru à tort, tout au long du 20e siècle, que l'holocauste nucléaire mettra fin à la race humaine tout entière. Non! Il s'agira d'une construction lente, presque-inaperçu, progressive mais régulière de la chambre à gaz global (rempli par les émissions de gaz à effet de serre). La façon dont nous extrayons, produire, transporter, distribuer et consommer, la façon dont nous gardons tout cela fonctionnant sur une obéissance aveugle aux hydrocarbures, et enfin la manière dont nous réfléchissons, méditons et étudions sur tout cela, nous amène inévitablement droit dans  l'environnement Holocauste.
[4]

Ce que nous appelons par euphémisme le changement climatique est en réalité une guerre brutale  la nature. Il s'agit d'un conflit armé clandestin puisque nous utilisons surtout les soi-disant puissantes «technologies» monétisées à la place d'armes à feu dans nos mains. Cette insurrection armée est menée contre la plupart de ce qui est beau et unique sur la Terre - la planète qui nous a donné le temps et assez d'espace pour survivre comme espèce, et d’évoluer comme vie cognitive.
[5]

Intentionnellement ou non, il s'agit d'une attaque synchronisée: Nous sommes régulièrement et passionnément en train de polluer notre sphère publique avec les banalités divertissantes fabriquées par les réseaux sociaux, la réalité montre, «célébrités» et les « like » - banalisent le contenu de nos vies. Dans le même temps, nous sommes contaminons massivement notre biosphère (les eaux, les terres, l'air et l'espace extra-atmosphérique à proximité) avec des non-dégradable et / ou toxiques, solides ou aérosols, l’émission de particules et le bruit – nuit irréversiblement notre habitat. Nous polluons le temps ainsi, il se transforme en champ de bataille de la guerre intergénérationnelle : Nos dangereuses habitudes pourraient sceller le sort de nombre incalculable de générations et genres d'espèces à l’avenir. Pas étonnant, notre affirmation corrosive parallèle (l’espace-temps) a : acidifiant les océans et brutalisant nos interactions humaines, ainsi que sur le sur-bruitage ; les deux sont les deux faces d'une même médaille. Quelle est la sphère sociale de la société qui est la biosphère pour la vie même de la terre: l'(espace / temps - contenu / forme) est le cadre dans lequel nous vivons tous.

 

Par conséquent, notre crise ne peut pas être qu’l'environnement, même s’il n'a jamais été une crise financière - notre crise se doit être d'ordre moral. Il s'agit d'une crise de déficit cognitif, que nous aimerions passer avec impatience dans les limbes de déni!

 

Sommes-nous intentionnel dans le refus de la propagation persistante du changement climatique? La race humaine a-t-elle déjà dépassé le point de non-retour de sa survie? Franchement, nous ne savons pas! Très sincèrement, nous ne nous en soucions pas!

Dans tous les pays de l'OCDE, un plombier ordinaire (avec quelques années d'études et sans attente particulière) fait un bien meilleur résultat que le professeur d'université ou le médecin d'hôpital avec une spécialisation médicale supérieure (énormes responsabilités sociétales et deux décennies d'études à travers les sélections rigoureuses). En moyenne, l'employé de banque (avec ou sans le Bac) de toute entité bancaire dans le pays de l'UE gagne 14 à 16 salaires par an (essentiellement, la création d'aucune nouvelle valeur pour la société), mais il est presque - par définition - protégé par un contrat long de travail de vie. Dans le même temps, la majorité des chercheurs de haut niveau double doctorat de l'UE (par définition, la création d'une nouvelle valeur pour la société) ont une rémunération annuelle plus faible s’il l’on compare les années d’études, et beaucoup d'entre eux sont tout simplement heureux de remporter un contrat de recherche de 2 à 5 ans avec l'obscur espoir que le financement pourrait être étendu.
[6]

Presque tous les joueurs de football d’une  première division européenne, ainsi que les pilotes de Formule 1(essentiellement les gladiateurs de l'âge moderne, généralement avec un peu ou pas d'éducation formelle que ce soit) ont chacun un salaire annuel plus élevé que les fonds de nombreux instituts de recherche clé dans les pays de l'OCDE. Outre le divertissement superficiel (enveloppé dans les ovations de masses sur le bord de l'orgasme collectif  aux défilés à la Mussolini), il est en réalité un triomphe de la concurrence brutale ou brutalité compétition (football) et un épuisement massif des hydrocarbures (Formule I) - les valeurs crées méritent-elles d'être ainsi payé de manière trop disproportionnée?
[7]

 

Certains peuvent contre-argumenter en disant que le football de nos jours célèbre le sport et une vie saine bien que ça soit le triomphe de la force physique d'un sportif. La Grèce antique a célébré ses athlètes, et presque adoré les contestataires et les gagnants des Jeux en hommage à la toute-puissante Olympe. De même, les anciens Grecs largement encouragés et célébrés, promus et soutenu (financièrement) comme des philosophes et scientifiques. C'était l'époque où la conscience épanouie, de la sagesse et de la connaissance florissante triomphé- les bases théoriques de toutes les percées technologiques essentielles, qui ont eu lieu dans le cours des siècles suivants jusqu'à nos jours, sont en fait originaires du monde antique « Eagan ». Par conséquent, les temps classiques connaissaient l'équilibre important entre l'intellect et le corps humain. [8] L’Âge Moderne a oublié, négligé, abandonné, trahi et ridiculisé implicitement cette sagesse évolutive.

 

Indépendamment de nos priorités mal placées (et le désir passionnément soutenue à re-canaliser et décourager, de faire dérailler et de dénoncer tout débat sérieux, trop souvent en se cachant derrière un divertissement superficiel), de notre obscure encouragées avides et incompétences, de notre silence, de toute notre ignorance et l'arrogance résiduelle ou imposé, et de notre capitale et fort anti-intellectualisme, les faits réels sont « imaginables » et sont inexorablement mis en échec:
- Il n'y a pas un seul journal international qui a publié un article scientifique, même dans les 30 dernières années, qui rend compte des preuves factuelles que tout organique (marine et continentale biote) ou inorganique (le sol, les glaciers, l'eau, les calottes polaires , etc) système se porte mieux sur cette planète.
- Il n'y a pas eu un seul « RE » ou rapport de l'ONU dans les 30 dernières années qui refuse d’admettre  de manière crédible l’augmentation inquiétante de la sévérité et la fréquence des catastrophes «naturelles» à travers le monde.
- Enfin, il n'y a pas un seul journal médical international reconnu qui n'a pas reporté de manière constante l’augmentation alarmante des maladies liées à la peau cancers, maladies respiratoires et allergies durant les 30 dernières années.

Nous sommes en train de dériver, de dissoudre et de battre en retraite à tous les niveaux et au sein de chaque système organique ou inorganique. Pour la tombe, brûlant des problèmes planétaires, notre race humaine a besoin d'un consensus urgent et durable qui suppose courage, vertu, vision et créativité. Tout cela ne se traduira pas par crainte de coercition ou de nouveaux affrontements militaires (nucléaire), mais par la volonté universelle d'accorder communément notre cause planétaire. L’esprit cognitif peut tout faire.

Remarque:

 

Basé sur (la procédure de) la conférence publique «Le statut quo hydrocarbures et le changement climatique", à l'Université Chulalongkorn, Mahachulalongkorn / MEA think tank, Thaïlande, Bangkok le 4 Octobre 2011

************************************************************

 

Anis H. Bajrektarevic, Chairman for International Law and Global Political Studies - Vienne, 28 DEC 2011

************************************************************

Traduit par NOCKELS Thomas

 

************************************************************

 

Références:

 

 

1. La Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques, l'ONU FCCC/1992/84, GE.05-62220 (F) 200705 et le Protocole de Kyoto à la CCNUCC de 1998, Bureau des affaires juridiques des Nations Unies ;

 

2. Document final: Sommet sur le climat de Durban 2011, l'Institut du climat;

 

3. AIE (2011), World Energy Outlook 2011 de l'OCDE - IEA Publications

 

4. Sagan, C. (1980), Cosmos Random House, NY / Carl Sagan Productions Inc. (page 109)
5. Forum humanitaire mondial (2009), Rapport sur
​​l'impact humain - Changement climatique: L'anatomie d'une crise silencieuse, GHF, Genève

 

6. Dresner, S. (2002), le principe de durabilité, EarthScan Londres

 

7. Smith, L.C. (2010), Le monde en 2050 - Quatre forces qui déterminent l'avenir du Nord de la civilisation, Dutton (par groupe Penguin)

 

8. Bajrektarevic, A. (2004), L'éthique de l'environnement, des conférences / Étudiants Reader, Vienne (IMC University Krems), en Autriche

 


************************************************************

 

Résumé:

 

Nous avons cru à tort, tout au long du 20e siècle, que l'holocauste nucléaire mettra fin à la race humaine tout entière. Non! Il s'agira d'une construction lente, presque-inaperçu, progressif mais régulier de la chambre à gaz mondial.

 

La race humaine a-t-elle déjà dépassé le point du non-retour de sa survie?
Franchement, nous ne savons pas. Très sincèrement, nous ne nous en soucions pas!

 

La façon dont nous extrayons, produisons, transportons, distribuons et consommons, la façon dont nous gardons tout cela fonctionnant sur une obéissance aveugle aux hydrocarbures, et enfin la manière dont nous réfléchissons, méditons et étudions sur tout cela, nous amène inévitablement tout droit à la question sur l’Holocauste dans l'environnement.

Mots clés:

 

Climat, Environnement, Kyoto, Durban, Hydrocarbures, Salaire disproportionné, Obéissance, Ignorance, Anti-intellectualisme, Silence sélectif et vacarme (sur-brutitage), état de la planète, état d’esprit

************************************************************

[1]En outre, nous sommes fondamentalement en désaccord sur le rôle à jouer par la technologie, même sur une définition très sur ce qui devrait être considéré comme la technologie. La technologie n'est pas un art de l'État de la science, la technologie est un état ​​d'esprit! Ce n'est pas une progression linéaire dans la maîtrise des disciplines de sciences naturelles, mais cognitive, emphatique  maîtrise de la perspicacité critique.

[2] Comme HG Wells a dit une fois dans un contexte différent: C’est clairement l'univers ou rien!

[3] Sagan, le grand conteur de Fugue cosmique, affirme: «Là-haut, dans l'immensité du cosmos, une perception inéluctable qui nous attend. Les frontières nationales ne sont pas évidentes lorsque nous considérons la Terre depuis l'espace. Chauvinisme ethnique, religieuse ou nationale fanatiques sont un peu difficile à maintenir quand on voit notre planète comme un croissant bleu fragile décoloration pour devenir un point peu visible de la lumière contre le bastion et la citadelle des étoiles ".

[4] Ce n'est pas seulement que notre appétit de l'énergie est en augmentation. Dans un temps maximum de ce que nous appelons «l'âge technologique», notre incapacité à atteindre une efficacité énergétique globale se creuse ainsi. Selon l'Agence basée à Paris énergie (AIE), l'offre totale d'énergie primaire (PES) en 1973 s'élève à 6.107 millions de tep alors que la consommation d'énergie finale mondiale (FEC) pour la même année s'élevait à 4.672 millions de tep. Encore plus de 90% basée sur les hydrocarbures fossiles, mais déjà doublé en moins de 40 ans, le PSE en 2010 était à 12.717 millions de tep alors que notre FEC a marqué seulement 8.677 Mtep. Donc, nous exigeons plus avidement à brûler, mais aussi à perdre.

[5] Le Forum humanitaire mondial, basé à Genève (GHF), dirigée par l'ancien secrétaire général de l'ONU Kofi a déclaré dans son rapport ce qui suit: «Le changement climatique est responsable de 300.000 décès par an et affecte 300 millions de personnes chaque année. En 2030, on prévoit que le nombre de décès annuels liés au changement climatique s'élever à 500.000 personnes, et le coût économique vertigineux de 600 milliards de dollars. "Habituellement, les rapports confidentiels des leaders de l'industrie de la réassurance comme Swiss Re ou Munich Re sont moins optimistes et plus réaliste que celui du GHF.

[6] Cependant, l'ignorance est une bénédiction: En 2010, le GHF qui a rédigé un rapport aussi indispensable: Rapport sur ​​l'impact humain - Changement climatique: L'anatomie d'une crise silencieuse, a fermé par manque de fonds. L'organisation était incapable de lever suffisamment d'argent pour rester à flot "en raison de la crise économique mondiale. Le 31 Mars 2010, le Département fédéral suisse des Affaires étrangères a annoncé que le Forum était surendetté et obligé de cesser son activité. "

[7] Les finalistes des différentes TV primetime tirades (soi-disant télé-réalité) qui explosa dans la dernière décennie reçoivent des chèques généreux et d’énormes couvertures médiatiques. C'est la façon dont ces nullités anonymes sont du jour au lendemain deviennent des célébrités de premier plan, la société roll-modèles avec la grande influence, autorité incontestable et le respect en un clin d'œil. Dans cette constellation un subtil, pourtant message est clair: la créativité liée à l'éducation et à cela, les innovations, les brevets et découvertes - notamment un parcours régulier basé sur une création diligente de nouvelle valeur pour la société tout entière apparaît comme un choix pour la jeunesse malheureuse, comme le dernier recours pour les segments de la société ont échoué.

[8] Comme l'affirme Platon, le célèbre philosophe de Milet Thales disant Νοῦς ὑγιὴς ἐν σώματι ὑγιεῖ - âme saine dans un corps sain (ou en latin: Mens sana in corpore sano).

 

 

 


    
Print - Comment - Send to a Friend - More from this Author

Comments(0)
Get it off your chest
Name:
Comment:
 (comments policy)

© Copyright CHAMELEON PROJECT Tmi 2005-2008  -  Sitemap  -  Add to favourites  -  Link to Ovi
Privacy Policy  -  Contact  -  RSS Feeds  -  Search  -  Submissions  -  Subscribe  -  About Ovi