Ovi -
we cover every issue
newsletterNewsletter
subscribeSubscribe
contactContact
searchSearch
Oxterweb  
Ovi Bookshop - Free Ebook
Tony Zuvela - Cartoons, Illustrations
Ovi Language
George Kalatzis - A Family Story 1924-1967
Stop violence against women
Murray Hunter: Opportunity, Strategy and Entrepreneurship
Stop human trafficking
 
BBC News :   - 
iBite :   - 
GermanGreekEnglishSpanishFinnishFrenchItalianPortugueseSwedish
De Lisbonne a Barcelone - Tous les instruments oublies de l'UE De Lisbonne a Barcelone - Tous les instruments oublies de l'UE
by Dr. Anis H. Bajrektarevic
2013-07-03 10:48:39
Print - Comment - Send to a Friend - More from this Author
DeliciousRedditFacebookDigg! StumbleUpon

De Lisbonne à Barcelone – Tous les instruments oubliés de l’UE

Il s'agit d'une revendication qui circule actuellement dans l'UE, à la fois cynique et trompeuse: «le multiculturalisme est mort en Europe». Pas étonnant, que le conglomérat de nation-states/UE a silencieusement remis un de ses débats les plus importants, celui de l'identité européenne, aux partis d’extrêmes droites, récemment suivies par les différentes actions de politique étrangère sélectives et contre-productive.

La cohésion interne de l'Europe, son réalignement fondamental ainsi que le statut du public et la crédibilité au sein de son quartier stratégique réside dans la relance de son tout sauf dans les institutions ayant le pouvoir de transformer, stipulé dans le processus de Barcelone de la Politique européenne de voisinage ainsi que dans l'Euro-Med partenariat (OSCE).

********************

En corrélant les hydrocarbures avec le paysage politique et socio-économique actuel, le chercheur Larry Diamond compte actuellement 22 États dans le monde, qui gagnent 60% ou plus de leur PIB respectif de pétrole (et du gaz) ont un régime non-démocratiques ou autoritaire. Chacun d'entre eux avec d'énormes disparités, les clivages socio-économiques fortes, les inégalités politiques fortes et exclusions durables, sans parler de la situation dramatique des droits de l'homme. Ceux-ci représentent près de la moitié des pays considérés par les rapports annuels de la Freedom House comme «non libre », les même qui sont principalement tenu responsable par les médias occidentaux pour les insurgés nationaux et régionaux, les conflits armés, les famines ainsi que pour abriter et financer des terroristes. Ainsi, pas moins de 9 des 11 premiers exportateurs brut sont généralement étiquetés comme des dictatures et / ou des monarchies despotiques par le chef de file du milieu universitaire. Le professeur Diamond appelle à la récession démocratique. Si oui, il n'est pas un indicateur économique ou politique unique (Moyen-Orient - Afrique du Nord), la région MENA pour impliquer un «Printemps» réussie ces derniers temps, mais seulement une (perpétuation d'une imprégnée) récession sévère et durable.

En effet, l'histoire moderne est pleine d'exemples où le développement des pays exportateurs de pétrole brut a été entravé par les énormes recettes exceptionnelles. Trop souvent, le flux de trésorerie de pétrole n'a pas aidé, mais en fait retardé ou déraillé nécessaire diversification économique et la réforme politique. Il a également souvent ouvert la voie pour les élites, au niveau national se sentait comme un prédateur, et à l'extérieur instrumenté comme le dit la CIA comme des «idiots utiles». Idéalement si les recettes utilisant d'acheter et autrement subventionnent la paix sociale, ces régimes (de rentiers) ont été / sont en fait la création d'auto-piégeage, la dépendance psychologique et la politique de plus en plus forte sur les hydrocarbures. Par conséquent, un véritable «Printemps», pour le Moyen-Orient, ne viendra qu'avec un découplage socio-économique et la diversification, l’horizontalisation sociopolitique, et avec une de-psychologisation et de la fin de la dépendance au pétrole. En aucun cas, il ne serait jamais venu par un changement cosmétique pur du résident dans le palais présidentiel. [1]

Craignant le républicain de gauche, le panarabisme et le nassérisme, les Etats-Unis ont encouragé l'Arabie saoudite à parrainer l'existant et établir un nouveau grand réseau de madrasa dans tout le Moyen-Orient. Le professeur Cleveland nous le rappelle dans son ouvrage capital : l’histoire moderne du moyen-orient. Au cours des trois dernières décennies, ce tigre est devenu «too big to Ride », comme Lawrence Wright souligne dans son livre luminaire sur Al-Qaïda: The Looming Tower. Wright affirme que tout en représentant seulement 1,5% des musulmans du monde, les fonds saoudiens contrôle essentiellement autour de 90% des institutions islamiques des États-Unis à destination de Kazakhstan / Xinjiang et de la Norvège à l'Australie. [2]

En insistant sur des simplistes et rigides, interprétations des textes religieux salafistes, la plupart de ces institutions avec leurs clercs endoctrinés ont en fait pour but de corrompre et de prévenir un important débat interne sur l'islam et la modernité. [3] Auto-détenu dans les limbes de refus, ils ont largement (et volontairement) maintenu le monde arabo-musulman et non-arabes dans un cours confrontation dangereuse avec lui-même et le reste du monde. [4]

Pour mettre fin à cela, il ya une idée qui circulent actuellement dans l'UE: «le multiculturalisme est mort en Europe». C'est bien d'une grappe d'Etats-nations, comme s'ils vivaient eux-mêmes une longue histoire, cordiale et crédible du multiculturalisme. Par conséquent, cette affirmation est évidemment fausse. Il est aussi cynique comme étant délibérément trompeur. Le type même de l'islam en Europe (implicitement ou explicitement) soutenue au Moyen-Orient, hier, c'est le genre de l'islam que l'Europe accueille aujourd'hui.

Pourquoi et comment? (Sur le mauvais côté de l'histoire?)

Les jeunes générations d'Européens sont enseignées dans les écoles sur une unité compacte (singularité) d'une entité appelée l'UE. Cependant, dès que de graves problèmes de sécurité extérieure ou intérieure émergent, les parties de composition du vrai, de l'Europe historique refont surface à nouveau. Autrefois en Algérie, en Egypte et au Liban, puis en Irak (à l'exception de la France) et maintenant avec la Libye et la Syrie, l'Europe centrale hésite à agir, en Europe de l'Atlantique est impatient, l’Europe scandinave est absent, l’Europe de l'Est est suivisme et l’Europe russophone est opposée.

 En 1986, Reagan dirigeait le bombardement anglo-américain de la Libye, la chasse aux têtes pensantes était lancée. Cette fois-ci, la Libye (et actuellement en Syrie) a reçu une autre pièce jointe: La présence considérable de la Chine en Afrique; succès contournant les offres de gazoduc entre la Russie et l'Allemagne (qui va priver l'Europe de l'Est à partir de toute prime de négociation liée transit, et posera tacitement une pression conjointe russo-allemand efficace sur les Etats baltes, la Pologne et l'Ukraine); l’audace (en raison d'une émancipation pétro-financière et stratégique) de l'Iran, [5] et enfin la renverse de l'UE amical, tunisien, égyptien et yéménite doit avoir déclenché la sonnette d'alarme à travers l'Europe de l'Atlantique. Cependant, une influence corrosive de grosses sommes d'argent (une main supérieure de silence) dans la politique et des groupes de défense des droits de l'homme est si élevé, que toute discussion sur les Saoudiens est l'un des tabous les plus forts de notre temps. [6]

 Par la présente, nous ne parlons pas de l'image désastreuse des musulmans, créé par l'Arabie Qatari financé Sturm Phalanges retranchés dans des grottes afghanes et leur conducteur, en Arabie Raspoutine / wahhabite Houdini, récemment situé au Pakistan et extrajudiciaire "retraité".

Ainsi, en réponse à la crise de MENA, l'UE n'a pas réussi à maintenir un vaste programme consolidé à une seule voix et formule tout-participatif avec son voisinage stratégique, bien qu'ayant des institutions, l'intérêt et la crédibilité pour le faire, comme il l'a fait avant à sa maison, par la remise silencieusement sur l'une de ses questions les plus importantes, celle de l'identité européenne, pour évasion anti-politique (la politique de retraite) habillés dans l’extrême droite de l’Europe occidentale. Finalement, «les cosmopolites du dernier monde» compromet ses propres perspectifs et discrédite le principe de sa propre puissance transformatrice. [7] L'édition 2012 du lauréat du prix Nobel l'a fait en portant atteinte à son propre cadre institutionnel: le processus de Barcelone comme le segment spécialisé de la politique européenne de voisinage de-Maroc à la Russie (UE) et le partenariat Euro-Med (OSCE). [8]

La seule implication directe du continent a été entre une mission diplomatique dé légitimation sélective et l'engagement militaire punitif par la coalition de l’Atlantique dirigée par l'Europe contre la Lybie. [9]

La nostalgie conflictuelle régnait encore plus dans le dialogue (instruments) et le consensus (institutions). Les conséquences sont assez frappante: l’Islam que l’UE prend en charge  (et les moyens déployés pour le faire) au Moyen-Orient, hier, c'est le genre de l'islam (et les moyens qu'il utilise) que l'Europe obtient aujourd'hui. Il n'est pas étonnant que l'Islam en Turquie (ou dans Kirghizstan et en Indonésie) est large, libérale et tolérante alors que celui de l'Europe du Nord est une brutalement dédaigneux, étroit et vindicative affirmée.

 

Anis H. Bajrektarevic, Geopolitics of Energy Editorial Member - Chairperson for Intl. Law & Global Pol. Studies - Vienna, 12 DEC 2012

*************************************************************** 

Traduction : Dehaussy Etienne

****************************************************

Référence:

1. Bowen, JR (2011), les Européens contre le multiculturalisme (Nicolas Sarkozy rejoint David Cameron et Angela Merkel vue que le multiculturalisme a échoué), Boston Review, Cambridge Massachusetts (Juillet / Août 2011)

2. Cleveland, WL, (2000), Une histoire du Moyen-Orient moderne, Westview Press, Oxford;

3. Maalouf, A. (1984), Les Croisades vues par les Arabes (Les Croisades vues par les Arabes), Schoken Books Inc. New York;

4. Wright, L. (2007), La Tour Surgissant - Al-Qaïda et de la route à 9/11, First Vintage Books

5. Kymlicka, W. (1995), La citoyenneté multiculturelle, Oxford théorie politique;

6. Diamond, L. (2008), L'Esprit de la démocratie - la lutte pour construire des sociétés libres dans le monde entier, Henry Holt & Co

7. Freedom House (2011), Freedom in the World 2011 - Le défi autoritaire à une démocratie (Rapport annuel), Freedom House à Washington DC

8. Freedom House (2012), Freedom in the World 2012 - Le soulèvement arabe et leurs répercussions mondiales (rapport annuel), Freedom House à Washington DC

9. Huntington, SP (1996), Le choc des civilisations et la refonte de l'ordre mondial, Simon and Schuster NY;

10. Études de conflits futurs (2009) Comprendre la dynamique de l'homme, Rapport du Defense Science Board Task Force américaine, mars 2009;

11. Mulgan, G. (2006), Good and Bad alimentation - les idéaux et les trahisons du gouvernement, Penguin Books

12. Bajrektarevic, A. (2011), la Libye, L'Insoutenable Légèreté de l'Etre, l'Afrique, CRLSJ 3 (1) 2011, Addleton New York

 

[1]La plupart des observateurs s'accordent à dire que, alors que le printemps soi-disant arabe était de sensibilisation inter-arabe, il était loin d'être pan-arabe; plus d'une révolte sociale spontanée (Al-Jazeera communicantes-pots) série d'événements, que tout procédé directionnelle. Pour canaliser quelque chose inattendue inflammatoire et inter-arabe, mais en évitant le panarabisme ainsi que toute réforme socio-économique structurelle sincère et l'émancipation politique peut être atteint seulement en allégeant le flambeau de l'islamisme. D'une part, comme il semble maintenant, révolutions Facebook »le euphorie tam-apprivoisés

[2]   Cependant, une influence corrosive de grosses sommes d'argent (une main supérieure de silence) dans la politique et des groupes de défense des droits de l'homme est si élevé, que toute discussion sur les Saoudiens est l'un des tabous les plus forts de notre temps.

[3] Indéniablement, il y avait des complémentarités idéologiques entre le communisme soviétique et l'anti-colonial, gauchiste, égalitaire et républicaine panarabisme. Pourtant, la Russie post-soviétique et post-communiste reste sur la même position, à la suite de son raisonnement géopolitique. Le panarabisme est le contrepoids de l'Est Moyen-seulement, une alternative au wahhabisme-alimenté (ou nouvellement arrivés, le néo-ottoman-alimenté) islamisme. (Salafiste) Muslimhood pourrait avoir un attrait parmi les sunnites en Asie centrale, du Caucase et dans la Fédération de Russie, mais panarabisme ne détient pas la même allure (qui en outre joints-off Turquie et protège l'arrière-cour de turcophones stratégique russe de ce côté trop ). D'autre part, le républicain panarabisme a été ressentie comme une menace directe pour les monarchies du CCG soutenus par les US. Plutôt pas cochée, le groupe Al Qaida a - en attendant - réussi à auto-prescrire un monopole exclusif sur l'islamisme. Par auto-proclamation d'une prétendue lutte pour la oumma sunnite restauration, elle a effectivement corrompu et fait taire tous les débats importants au sein du monde arabe. Pas seul objectif stratégique qu'elle a réalisés jusqu'ici, mais pour détourner efficacement l'attention arabes de leurs problèmes socio-civilisationnel, culturel, économique et politique réel. En fait, la construction Al-Qaïda n'est qu'une idéologie radicalisée et militarisé du wahhabisme - une secte qui provient du 19ème siècle la péninsule d'Arabie tribus sur son anti-ottomane émancipation quête, qui - soutenus par l'époque impériale Bretagne - finalement démoli les siècles long califats-ottomane Ummah. Avec la religion en soi, il a très peu à faire.

[4] Par la présente, nous ne parlons pas de l'image désastreuse des musulmans, créé par l'Arabie Qatari financé Sturm Phalanges retranchés dans des grottes afghanes et leur conducteur, en Arabie Raspoutine / wahhabite Houdini, récemment situé au Pakistan et extrajudiciaire "retraité".

[5] On s'attend à ce que l'Iran (et la Syrie) sur le flanc sud-ouest de la Russie serve de tampon de sécurité essentiel. En effet, Téhéran est en constant besoin de couverture diplomatique de Moscou. En retour, il s'abstient de sa propre projection islamique et il protège le Caucase et l'Asie centrale - considéré par la Russie comme son arrière-cour stratégique, du wahhabisme affirmée. D'autre part, l'audace de l'Iran approuve un prétexte parfait pour un bouclier antimissile renforcé (BMD), qui, assez intéressant, plutôt encercle la Russie alors qu'elle dissuade Iran, comme le stationnement récente des missiles Patriote américains en Europe de l'Est et en Turquie a indiqué. Sans oublier qu'il compromet sérieusement le Traité FCE 1990 (depuis les Etats-Unis a retiré unilatéralement de 30 ans en place-traité ABM en 2002), les négociations START, et pose un défi à l'OSCE gardé coopération politico-militaire/CSBM parmi les 56 Etats membres de l'Organisation.

[6]En outre, les réductions annoncées de la présence physique américaine en Afghanistan, ses limites dans (presque échoué, le nucléaire, l'état d') au Pakistan, l’extensions massives subies sur le flanc sud-ouest du continent euro-asiatique ainsi que la récente Armée retrait américain d'Irak , se fait sentir au sein du CCG (en France, en Israël et en Turquie aussi) que l'exposition dangereux vers les pays voisins (de plus en plus affirmée comme prévu) Iran, ainsi que la Russie et la Chine derrière elle. À l'heure actuelle, la Syrie paie un prix (la guerre de proxy) pour elle: Ce pays multi-religieux peut se retrouver complètement brûlé, créant un vide sécuritaire dangereuse dans le cœur de la région MENA. Ou pour reprendre les mots de frustration du haut diplomate français qui m'a dit récemment à Bruxelles: "nous devons rapidement délégitimer le gouvernement syrien légitime et renverser al-Assad afin de convaincre Israël pas de bombarder l'Iran ..."

[7] Les pays du Golfe OPEP et la Libye ont, de loin, les plus bas coûts d'extraction de l'huile grâce à la «pureté» de la haute brut (mesurée par les propriétés globales comme un état d'agrégation, la gravité de l'excavation, la viscosité, le poids, le degré d'acide sulfurique et d'autres conta - nants) qui simplifie et entacher le processus de raffinement. Ces exportateurs bénéficient également de la proximité d'ouvrir les mers chaudes pendant les expéditions à faible coût, rapide et pratique à l'étranger. Par conséquent, les coûts par baril de pétrole brut pour la Libye et pays du golfe Persique sont sous 5USD, pour d'autres membres de l'OPEP ci-dessous 10uds. Ceci est en contraste frappant avec des pays tels que les Etats-Unis, la Russie, la Norvège, le Canada et bien d'autres qui portent les coûts de production de plusieurs dizaines de USD par baril - selon l'Agence internationale de l'énergie (AIE). Ainsi, bien que commercialement très abordable, l'Europe paie actuellement un prix politique énorme pour les importations de pétrole brut MENA. De ce montant, souvent cachés, les prix, les consommateurs européens sont largement inconscients.

[8] Le théâtre MENA est situé dans un des endroits les plus fascinants du monde. (Avec les Balkans, Caucase,) Il représente en fait le seul corridor terrestre existant qui relie 3 continents. Il détient également plus de la moitié des réserves de pétrole prouvées de gaz de la planète (56% - huile, 48% - gaz). Par conséquent, il est un impératif absolu pour les puissances extérieures / périphérique de dominer un tel théâtre géo-économique et géopolitique essentiel en gardant simplement sa douce centrale (p.ex. empêchant toute émancipation qui pourrait venir à travers la modernisation sociopolitique indigène). C'est le même impératif que c'était un rationnel dominant d’européen intérieure et asiatiques Machtpolitik depuis des siècles. Pas étonnant que la concurrence dans le théâtre MENA, qui a une histoire durable de domination ou des interférences (et largement les frontières tracées Versailles, anglo-français), est sévère, multiple, imprévisible. La région est principalement peuplée par les (arabe) Les musulmans sunnites. Avec sa forte densité de population, et plus forte croissance démographique qu'économique un, cette population très jeune médian (en moyenne 23-27 ans) est dominé par des mineurs, principalement au chômage ou sous-employés, mais socialement mobilisés et souvent des hommes en colère. La radicalisation politique (en dehors de l'exploitation de l'entre chiites et sunnites et d'antagonisme entre Musulmans et Juifs) est sûrement l'un des instruments les plus pratiques de contrôle tacite visant à préserver autorités régissant faible, si elle n'est pas incapable. Il n'est pas étonnant que, dans chaque de la majorité sunnite musulmane pays des Balkans-MENA de type républicain laïque, où les puissances extérieures ont négocié un règlement politique, est enveloppé dans instabilités perpétué, et donc paralysé. Jusqu'ici, pas une seule monarchie n’a été (beaucoup) affectée. De la Bosnie (il ya près de 20 ans), puis au Kosovo, l'Afghanistan, l'Irak et la Libye (ainsi que dans le post-'Printemps' d’Egypte, Tunis ou au Yémen), il ya un gouvernement central à dessein dysfonctionnel et indécis mis en place.

[9] Dans mon texte Libye - L'Insoutenable Légèreté de l'Etre, l'Afrique j'ai dit - bien avant la chute de Kadhafi - ce qui suit: «Le gouvernement de Kadhafi était totalitaire, mais le gouvernement de l'après-Kadhafi sera dysfonctionnel (comme dans les autres pays où l'OTAN a négocié un changement au cours des 15 dernières années). La Libye post-Kadhafi sera - malheureusement - un territoire. Ce sera un espace de mare des problèmes politiques, territoriaux, économiques et sociales tombe, alimenté par une violence sectaire grandissante et presque auto-perpétué (et la vengeance du sang inter-tribal) ... Pour en finir avec le Clash des Civilisations huntingtonien : Lorsque l'armée de l'air majoritairement chrétien bombarde un pays majoritairement musulman pendant 4 mois consécutifs et continue à faire ainsi tout au long de la «Muslis Noël '- le mois de jeûne du Ramadan et de l'Aïd-ul-Fitr - il va sûrement pas aider à maintenir la laïcité et introduire la démocratisation au niveau local, ni ne aider la guerre contre les islamistes radicaux régional "il ya d'autres paradoxes huntingtonien ainsi: Depuis plus de dix, les États-Unis a plus de prisonniers politiques détenus sur le sol cubain (. Guantánamo) que le régime Castro. Il sert ni la justice ni la démocratisation, que ce soit de la région MENA ou de continent américain.

 


      
Print - Comment - Send to a Friend - More from this Author

Comments(0)
Get it off your chest
Name:
Comment:
 (comments policy)

© Copyright CHAMELEON PROJECT Tmi 2005-2008  -  Sitemap  -  Add to favourites  -  Link to Ovi
Privacy Policy  -  Contact  -  RSS Feeds  -  Search  -  Submissions  -  Subscribe  -  About Ovi